mercredi 19 mai 2010

Remember Me: Voice of the Viewers – Remember Me : La voix des spectateurs


Viewers Comment On Remember Me
Commentaires des spectateurs sur Remember Me

The RM DVD will only be released on June 22nd in the US, but loads of positive comments are already being posted on the American online site amazon.com. I’m reposting here the review by my friend jessegirl. Le DVD de RM ne sort que le 22 juin aux USA, mais déjà les commentaires élogieux vont bon train sur le site américain de vente en ligne amazon.com. Voici la critique d’une amie, jessegirl, qui m’a permis de le republier.
What does this film do? -Something no other film has done in a very long time: it resonates. It sneaks into a lot of people hours later because it takes a long time to process, and then it is a tidal wave. So many people have been affected this way. They say things like: 'I can't stop thinking about it'; 'I want to see it again'; 'I want my sister [fill in the blank] to see it too'. People are blogging up a storm and the comments in spoiler threads are amazing. The film has tapped into a well of thought and feeling so deep its force is stunning. Viewers care, and that's something most movies can't elicit these days. People are telling stories of their lives, their loves, losses and pains, as a result of watching Remember Me. They aren't just discussing the ending. It is of a piece and the power of the film comes from its main theme of love, loss, grief, and healing and everyone can relate to that.




Quel est donc l’effet de ce film ? Il réussit ce qu’aucun autre film n’est parvenu à faire depuis belle lurette: il crée une résonance. Il s’insinue dans les esprits des spectateurs, plusieurs heures après qu’ils ont quitté la salle de cinéma, parce qu’un long moment nous est nécessaire pour absorber le film – et c’est alors comme une vague de fond qui nous submerge. Nous sommes si nombreux à avoir été touchés de cette façon par ce film. Les réactions s’égrènent : « Je ne peux m’arrêter d’y penser », « Je veux aller le revoir », « Je veux emmener d’autres personnes pour le leur faire découvrir aussi ». Les blogs et forums de discussion sont pris d’assaut par une marée de commentaires, dont le contenu est extraordinaire. Le film a ouvert les vannes d’une source de réflexions et d’émotions si profonde que sa force se révèle stupéfiante. Les spectateurs éprouvent une réelle sympathie pour ce film, réaction que la plupart des films n’arrivent pas à susciter à notre époque. Après avoir vu Remember Me, les gens se mettent à partager des récits de leurs vies, de leurs amours, de leurs deuils et de leurs souffrances. Ils ne se contentent pas de débattre de la fin du film. Tout, dans le film, se tient, et toute sa puissance provient de son thème principal – l’amour, le deuil, la peine, la guérison – sujets auxquels chacun d’entre nous peut s’identifier.


Who, then, is it for? I disagree with June M. This is NOT a chick flick. That's one of the misconceptions. A 16 yr. old boy commented that if was the best film he's ever seen. Grown men are as touched and affected by it as are women. People 14-94 are moved by it. That's a huge demographic which has been riveted.
What does Robert do? The movie and its ending work because the audience comes to love Tyler, the central character, as a lover, son, brother, friend. Robert Pattinson plays Tyler with subtlety and range--if James Dean must be referenced, he comes off as less than Pattinson. He is the linchpin, the glue, and without a great performance the centre would not hold. The ending is so huge precisely because by that time viewers are emotionally invested in Tyler, because Robert's nuanced performance rings true, every emotion reflected in his remarkable face. We know Robert's portrayal worked because it breaks our hearts as if it were our own son or lover, when we know what is coming.



A quel public s’adresse-t-il donc ? Je ne suis pas d’accord avec l’un des commentateurs d’ici. Ce n’est pas un film destiné au seul public féminin. C’est une des idées fausses sur ce film. J’ai entendu un garçon de 16 ans remarquer que c’était le meilleur film qu’il avait jamais vu. Des hommes adultes sont tout aussi touchés et affectés par Remember Me que le sont les femmes. Le film a su aller au droit au cœur d’une tranche démographique extrêmement large, qui va des adolescents aux vieilles personnes. Et Robert Pattinson, quelle est sa performance ? Le film et sa fin fonctionnent parce que le public s’attache à Tyler, le personnage principal, sous toutes ses facettes : amant, fils, frère, ami. Robert Pattinson joue Tyler avec subtilité et une grande palette expressive – et s’il faut absolument en passer par la référence à James Dean, ce dernier s’en sort finalement moins bien par comparaison. Tyler est l’axe du film, le ciment qui maintient ensemble tous ses éléments, et sans un très bon jeu d’acteur, le film s’écroulerait faute de pouvoir de cohésion. Si la fin du film est si puissante, c’est précisément parce qu’au moment où elle survient, les spectateurs se sont investis émotionnellement dans le personnage de Tyler, c’est parce que le jeu tout en nuances de Robert sonne vrai, que chacune des émotions reflétées par son beau visage est vraie. Nous savons que son interprétation de Tyler a fonctionné, car lorsque nous comprenons ce qui va arriver, notre cœur se brise comme s’il était notre propre fils, notre propre frère, notre propre amant ou ami.


Who gets it, who doesn't? As others here have stated, the film has been badly marketed and misrepresented. Many negative criticisms come from critics who want to saddle you with their own biases and resentments. Ignorant and arrogant reviewers have eyes but refuse to see, ears but refuse to hear. If I were kind I'd say they don't get it. But critics have maligned the lead actor and the screenwriter with no good reason. It's nauseating. They no longer know how to experience with open minds and open hearts. My advice: don't read any reviews until after you see the film. And see it at the theatres if it's still there! You'll kick yourself if you don't.

Dear critic. See that one ? This time, it’s for you.
Cher critique. Celle-là, cette fois-ci, c’est pour toi.
Qui a su comprendre le film, et qui est passé à côté ? Comme d’autres ici l’ont fait remarquer, le film a souffert d’un mauvais marketing et d’une classification erronée. Beaucoup de critiques négatives sont le fait de journalistes dont le but est de nous faire endosser leurs propres préjugés et rancœurs. Les critiques ignorants et arrogants refusent de voir et d’entendre. Si j’étais indulgente, je dirais qu’ils ne comprennent pas le film. Mais ces critiques ont vilipendé l’acteur principal et le scénariste sans raison valable. Une telle attitude est écœurante. Les critiques ne savent plus comment aborder une œuvre avec un esprit et un cœur ouvert. Aussi, voici mon avis : ne lisez aucune critique avant d’avant voir vu le film. Allez le voir en salle s’il est encore diffusé, car vous regretteriez de ne pas l’avoir fait.


Unforgettable: The film's treatment of the event at the end is homage, tastefully and eloquently done. It speaks to the enormous power of this film that it could unleash such a deep and primal well of feelings in so many of us. It is the remarkable result of a remarkable movie.




Inoubliable : l’événement final revêt dans le film la forme d’un hommage, fait avec tact et éloquence. Le fait que le film ait su provoquer chez tant d’entre nous un tel jaillissement de sentiments profonds et primordiaux en en dit long sur son immense puissance. C’est le résultat remarquable d’un film remarquable.

Question?: What other film in the recent past has compelled viewers to make their voices heard, like I'm doing here, has had the effect I've described? What other film? Name it. The outpouring of soul-baring stories from viewers is itself very moving. It shows what this little $16M production with the mega-heart has done. People are going inside themselves and finding meaningful places, because this movie had guided them there. People call up significant losses in their lives and place them in the glowing light of loving remembrance. For Remember Me to call that up and to remind us, to lead us to our deepest humanity, is a potent thing. Tyler is the touchstone which ignites similar feelings which come, in each individual, from their specific emotional place. What a gift! This film is a tour de force. From the acting, directing, screenplay, musical score, concept, it quietly takes your breath away.
Posons nous la question suivante : quel autre film récent a poussé les spectateurs à faire entendre leur voix, comme je le fais ici, quel autre film a eu l’impact que je viens de décrire ? Quel autre film ? Que l’on me cite des noms. Ce déversement des récits de vie personnelle de la part des spectateurs, mettant à nu leur moi intérieur, est lui-même très touchant. C’est la preuve de ce que cette production au petit budget de $16 millions mais au cœur si grand a réussi à accomplir. Guidés par ce film, nous sommes poussés à aller regarder au-dedans de nous-mêmes et à découvrir en nous des dimensions riches de sens. Nous sommes amenés à rappeler à la surface les deuils profonds qui nous ont marqué nos vies et à les placer sous la douce lumière des souvenirs aimants. Que Remember Me ait réussi à susciter cet effet et à nous faire nous souvenir, à nous conduire jusqu’aux endroit où nous sommes le plus profondément humains, est remarquable. Le personnage de Tyler est la clef de voûte qui fait jaillir ces sentiments communs à tous, qui, en chaque personne, naissent du vécu émotionnel propre à chacun. Quel cadeau ! Ce film est un tour de force. Qu’il s’agisse du jeu des acteurs, de la réalisation, du scénario, de la musique, ou du concept, le film nous coupe le souffle, tout en douceur.



Credit/link:http://www.amazon.com/Remember-Me-Robert-Pattinson/dp/B002ZG98RS/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=dvd&qid=1274269369&sr=1-1English version

6 commentaires:

  1. Salut! Je viens de découvrir ton blog via le site rememberme-film.com, et j'en suis déjà fan!
    L'analyse est est très détaillée et subtile, enrichie par la publication d'illustrations! Bref, j'aime beaucoup.
    Pour cet article, je dois dire que je suis d'accord côté critique. J'ai personnellement vu les mauvaises critiques comme une sorte d'acharnement contre Robert Pattinson: le héros de Twilight joue dans un film, alors il faut qu'on le descende un max! C'est tellement pas pragmatique et fair play voire même mesquin!
    D'ailleurs, ça me fait penser, je sais pas si tu connais le Grand Journal de Canal+. Eh bien je suis tombée sur la chronique où les trois pseudos journalistes doivent critiquer les films sortis de la semaine. J'ai été choquée, mais littéralement! Deux d'entres eux ont mis 1/10 au film. 1/10!! Mais ça compte même pas pour le travail de l'éclaireur!!
    Après par rapport à une de tes remarques: je comfirme. Je suis allée voir Remember me deux fois au cinéma, et à chaque fois il n'y avait pas que des adolescentes, il y a avait des couples et des personnes agées. Et c'est interessant de voir comme à la fin de la projection, nous sortions tous en portant sur nos épaules un lourd silence de confusion, de choc, de surprise...
    Bref, je m'arrête à là parce que tu vas finir par en avoir assez de lire le commentaire. Je continue mon tour sur ton blog et bonne continuation.
    A+

    RépondreSupprimer
  2. Hello de nouveau Sarah! merci pour le commentaire. Cette critique n'est pas de moi, mais d'une amie canadienne passionnée par RM, jessegirl. Et oui, je connais le Grand Journal et depuis, je les boycotte, ils sont en dessous de tout. Ils s'étaient déjà ridiculisés à Cannes face à Robert en lui demandant de mordre la journaliste et en lui posant des questions idiotes... comme journalistes, ça se pose là. Il faut se faire son propre jugement, ces gens ne sont pas des professionnels, mais des amuseurs publics qui n'aiment écouter que leur propre voix. De toute façon, le verdict est là : les spectateurs de RM ont désavoué les médias et les critiques en masse ! A bientôt sur le blog peut-être...

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui, ils sont très bizarres au Grand Journal...Un coup ils lèchent les bottes de tout le monde, un coup ils font mal leur boulot! Bref, c'est pas glorieux! Et pour Cannes, j'en parle même pas: j'ai attendu, attentdu qu'ils parlent de RM et rien! Et la seule autre allusion à Twilight ou les fans c'était sur Little Ashes et en plus elle était fausse: "vous allez incarner Dali?" (non ma petite, c'est déjà fait!) Alala

    RépondreSupprimer
  4. Oh et ma foi, désolée pour Jessegirl ^^

    RépondreSupprimer
  5. Oui, à Cannes c'était lamentable... je me console en me disant que Robert n'a rien dit mais s'est certainement fait une idée assez juste d'eux, et qu'ils pourront toujours se brosser pour avoir une interview avec lui la prochaine fois - du moins, je l'espère !

    RépondreSupprimer
  6. Oh c'est terrible! Je veux certainement pas qu'il y retourne, mais en même temps je me dis que c'est le seul plateau français, et que donc je veux l'y voir, à condition de le laisser parler sans lui couper la parole, de poser des questions intelligentes (et pas clichées), et de débarasser le public des fans hystériques qui font HONTE, et à condition de changer toute l'équipe contre une plus professionnelle ^^...Hmm oui, je crois que c'est pas trop demandé et que ça reste faisable

    RépondreSupprimer