jeudi 24 juin 2010

TYLER AT THE WINDOW OF LIFE

Tyler et la fenêtre de la vie

I like the idea of dialogue with other commenters about older posts, how our exchange can develop the initial ideas or views and make them go even deeper. Here’s a short dialogue between me and my friend jessegirl in the comments section for a previous post, and which has sparked a whole new train of thoughts about a particular scene. 
J’aime l’idée de dialogue avec d’autres bloggers en réaction à des posts précédents. J’aime la façon dont nos échanges permettent d’enrichir les idées ou points de vue de départ et les faire aller encore plus en profondeur. Voici un court dialogue entre moi et mon amie jessegirl, dans la section des commentaires d’un post plus ancien, qui a fini par me faire développer d’autres idées.
That post was about about comparing very different scenes in RM and digging out the hidden, recurrent common symbols.
Ce post était une comparaison de scènes très différentes dans RM et cherchait à déceler les symboles cachés et récurrents qu’elles ont en commun.

This was my original (and still very sketchy) interpretation of this beautiful opening image of Tyler.
J’avais à peine ébauché une première inteprétation de cette belle image dans laquelle nous découvrons Tyler pour la première fois :

The very first time we see him in the film, as he sits on the
fire escape outside his bedroom window, he’s wearing a red-orange
tee-shirt and is glimpsed through the black funeral-like frame of his
window (a frame which is never shown again in this colour afterwards).
Red always means death for Tyler.


Dans la scène où nous le voyons pour la première fois,assis sur l’escalier de secours, il porte un T-shirt rouge orangé et apparaît dans l’encadrement noir funéraire de la fenêtre (couleur noire qui ne réapparaît ensuite plus pour cette fenêtre). Le rouge est toujours synonyme de mort pour Tyler.

Here is jessegirl’s answer:
Et voici ce que m’a répondu jessegirl :

I see the black frame of the window around Tyler's red t-shirted body full of even more meaning, although I see exactly what you mean…by the funereal aspect of the window frame.     The black almost looks like a charcoal burned-out shell surrounding Tyler. Like the burning shell of the North Tower, which had engulfed  him at the end, this one frames him at the beginning. It is there for sure, but it is also an opportunity for Tyler to grow and deepen before he dies, that particular frame.

Le cadre noir de la fenêtre par laquelle on aperçoit Tyler, revêtu de ce tee-shirt rouge, a même pour moi encore plus de significations, bien que je comprenne exactement ce que tu veux dire …quand tu parles de l’aspect funéraire de cet encadrement de fenêtre. De couleur noire, elle évoque presque une carcasse carbonisée, couleur de charbon, qui entoure Tyler. Comme la carcasse en flammes de la Tour Nord, qui l’engloutit à la fin, il est ici entouré d’un cadre dès le début. Un cadre qui est bien présent, c’est certain, mais qui est aussi une opportunité, pour Tyler, de grandir et d’acquérir de la profondeur avant de mourir.


We have all these symbols: black for the burning destruction awaiting the young man at the end, red for impending death and violence, and for destroying fire, although it is also the pulsing energy of life of youth ; and a black narrow small frame which surrounds him and limits him, in time as in space. It is like the frame of a photograph – already almost a picture of the past, foreshadowing his death, telling us he is already a memory, even though the film has only begun. But, as jessegirl also points out, Tyler can still move out of this frame, for example when he comes inside the bedroom – and crashes heavily to the floor doing so - to answer the phone. 


Nous avons tous ces symboles : le noir de l’anéantissement ardent qui attend le jeune homme à la fin, le rouge de la mort, de la violence imminentes, et du feu destructeur, bien que ce soit aussi le symbole de la pulsation d’énergie de la vie et de la jeunesse ; et enfin un petit cadre noir étriqué qui l’entoure et le limite, dans l’espace comme dans le temps. C’est un peu comme  le cadre d’une photographie : déjà, on nous montre ce qui est presque une image du passé, on nous annonce sa mort, et on nous dit que Tyler est déjà un souvenir, alors que le film vient à peine de commencer. Mais comme jessegirl le fait observer, Tyler peut encore sortir de ce cadre, ce qu’il fait d’ailleurs lorsqu’il entre dans la chambre à coucher pour répondre au téléphone, et chute d’ailleurs lourdement par terre ce faisant. 

At that particular moment in time, Tyler still has the opportunity to grow, even if it means he will have to stumble and fall and make mistakes and receive blows along the way. He has still the opportunity to become more complete, and do the things no one else but him can do in his life, even though they are insignificant.
A ce moment particulier dans le temps, Tyler a encore la possibilité de grandir, même s’il doit au passage trébucher et faire des chutes, commettre des erreurs et recevoir des coups. Il a encore la possibilité de devenir plus entier, et de faire les choses que personne d’autre que lui ne peut faire dans sa vie, même si elles sont insignifiantes.


There’s a whole world of meaning enclosed in that small, beautiful opening picture. It is also the window to the fire escape, since Tyler is literally sitting on the fire escape stairs. Symbolically, at that point in time, he can still flee from the fire. And step out of the frame. And live his young life. He i still free to stay and go as he pleases, either to go downstairs towards the streets, or to comme back inside the flat and answer his sister’s call. He still has a choice. 


Cette petite image d’ouverture, si belle, contient ainsi tout un monde de sens. C’est une fenêtre vers l’escalier de secours anti-incendie, puisque Tyler est en effet assis sur l’escalier. Symboliquement, à ce moment dans le temps, il peut encore échapper aux flammes. Et sortir du cadre. Et vivre sa jeunesse. Il est encore libre d’aller et de venir à sa guise, de descendre l’escalier vers la rue, ou de retourner dans son appartement et de répondre à l’appel de sa sœur. Il a encore un choix.

Once you have seen the film, it is very hard not to think of this first image of him, sitting there slightly hung-over, smoking his eternal cigarette, so handsome and so young,  as he stares at us with his clear blue-grey eyes - a bit lost, a bit unhappy, but so alive. The image haunts us, and it is maybe one of the keys which explain why some of us feel compelled to watch the film over and over again. Endlessly, we go back to life, we flee from the unbearable yoke of death, and we come back to the time when Tyler was – no, still is – sitting on the windowsill of life.


Lorsqu’on a vu le film, il est très difficile de ne pas repenser à cette première image de lui, assis sur les marches, avec quelques restes de gueule de bois, fumant son éternelle cigarette, si jeune et si beau, nous fixant de son regard clair et bleu-gris – un peu perdu, un peu malheureux, mais si vivant. L’image nous hante, et c’est peut-être l’une des clefs qui explique pourquoi certains d’entre nous se sentent poussés à voir et revoir le film. Sans cesse, nous revenons vers la vie, nous fuyons le joug insupportable de la mort, et nous revenons au moment où Tyler était encore – non, est encore - assis à la fenêtre de la vie.

6 commentaires:

  1. Brilliant analysis and interweaving of our ideas! I especially liked the part: "It is like the frame of a photograph – already almost a picture of the past, foreshadowing his death, telling us he is already a memory...".
    Yes, we go to it again to see that first shot, which now, because we know the end, is like a photograph, drawing us into the film nostalgically. Like memories and photographs are all nostalgia.

    RépondreSupprimer
  2. Hi jessegirl! Yes, I love how our ideas meet and interweave and blend and create new ideas... that specific picture haunts me. Other people may have been more struck by other pictures, but that particular one remains with me, always. It's beautiful and full of nostalgia, like an old photograph.

    RépondreSupprimer
  3. Alors la cette article super!!!je suis resté bouche bée!!!
    Et c'est vrai c'est la 1er image qui n'est venue en tête, quand j'ai repensé au film sur le chemin du retour après la séance...
    Je revoir nettement Tyler assise sur les escaliers avec sa cigarette et sa bières je ne pouvais n'en detaché(avec larme a l'oeil).
    Cette image ma hanté pendant un moment.Je ne savais par vraiment pourquoi et la tu a répondue a ma question, cette image de tyler a sa moment prévoir un tournant dans sa vie, le debut et la fin...
    Te géniale et ton amie aussi tu lui dira merci de ma part.
    Biz Elise

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Elise, je suis contente de voir qu'on partage le même ressenti, moi aussi cette image m'est restée (d'autres images aussi bien sûr) mais celle-là plus que les autres. Elle a quelque chose de bouleversant ! J'ai dit à mon amie que tu trouvais son idée bonne, elle sera contente.

    RépondreSupprimer
  5. jessegirl, the French commenter Elise says that she loves this post and she asks me to say thank you to you, and to tell you that she finds your interpretation absolutely great!

    RépondreSupprimer
  6. Les premières images du film ou on peut voir Rob assis sur cet escalier de secours avec son éternelle cigarette et sa bière qui parait tellement concentré sur ses pensées qu'il n'entend pas tout de suite le téléphone font partir de mes préférées. On comprend tout de suite qu'il est en souffrance et on pressent qu'il a encore des épreuves a vivre, jusqu'à l'ultime.
    Merci a vous deux de nous permettre ainsi de partager de telles émotions.

    RépondreSupprimer